Actualités salon VDM

La 2ème édition du Salon de la vente directe se déroulera à Versailles en février prochain

, par Christelle Simon

La vente directe, tout le monde connaît ! Le principe est simple et plutôt sympathique : on participe à une vente à laquelle on est convié par un(e) ami, à son domicile, et on peut, si on le souhaite, acheter un appareil électroménager, des produits cosmétiques, des bijoux, des sous-vêtements…

Mais on a beau connaître, on n’imagine pas forcément l’ampleur de ce mode de consommation en France, et l’essor de ce statut qui offre de véritables opportunités d’emploi.

L’essor de la vente directe en France et à l’étranger

Pourtant, avec plus de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 624 600 personnes travaillant dans ce secteur, la vente directe connaît un succès croissant depuis plusieurs années. Et cette tendance s’inscrit également en dehors de nos frontières puisqu’au niveau mondial, la vente directe représente 166 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+1,37%) pour un effectif de 100 millions de distributeurs (+1,04%).

Autrement dit, les français sont aujourd’hui de plus en enclins à s’engager pour une marque en vendant ses produits, et en parallèle, les marques sont de plus en plus nombreuses à faire le choix d’un recrutement en VDI (vendeur à domicile indépendant).

Il est vrai que ce statut permet de générer des revenus complémentaires et, dans un contexte économique actuellement peu réjouissant, il représente une réelle opportunité pour les demandeurs d’emploi ou les personnes désireuses d’arrondir leurs fins de mois.

Un statut, de nombreux avantages

Sans compter que la vente directe permet aussi une proximité avec une marque dont on aime les valeurs et les produits ; cela peut ainsi être une façon de s’engager pour une cause. Enfin, ce statut présente de nombreux avantages en termes de relationnel, avec un contact privilégié entre le vendeur et les clients, dans un environnement familier propice aux échanges.

Il est à noter par ailleurs que même Pôle Emploi soutient l’activité de vente directe et le statut VDI ; un partenariat avec la Fédération Française de Vente Directe (FVD) a été signé en 2010 pour trois ans, et a été renouvelé en 2013 pour autres années, avec pour objectifs de favoriser l’emploi de milliers de personnes, de valoriser les métiers de la vente directe, encore mal connus mais à forte valeur ajoutée, et de développer des emplois non délocalisables.

Un salon dédié au recrutement et à la vente directe

Mais en dépit de toutes ces bonnes raisons, il n’est pas toujours facile de se lancer : comment débuter en tant que VDI ? Par où commencer ? Quelles marques représenter ? Quels sont les bons conseils à prendre et les erreurs à éviter ? Y-a-t-il des bonnes offres et des mauvaises ?

C’est pour répondre à toutes ces questions, et plus encore, que Malya a créé le Salon du recrutement et de la vente directe, dont la deuxième édition se déroulera à Versailles le 13 février prochain.

Publié par Berthoche

Christelle Simon


Sur le même thème