En pratique systeme-pyramidal

Vente directe : Distinguer vente multiniveau et système pyramidal

, par Aline Gérard

Quel VDI ne s’est jamais entendu dire que la vente multiniveau est illégale ? Que ce n’est qu’une arnaque. L’interlocuteur confondant ainsi avec le système pyramidal strictement interdit. Voici donc un rappel des points essentiels pour bien séparer les deux méthodes.

Certaines pratiques abusives qui ont proliféré pendant des années ternissent encore l’image de la vente multiniveau. Et pourtant, le marché s’est considérablement assaini. La législation est désormais stricte et les textes sont formels : la vente pyramidale est interdite, contrairement au marketing multiniveau. Pour commencer, il importe de rappeler en quoi consiste le système pyramidal. Le principe est simple : un nouvel adhérent va dépenser, pour des motifs multiples, une somme souvent conséquente afin d’intégrer le réseau. Cet argent sera réparti entre les personnes situées plus haut dans la pyramide. La vente de produits en devient accessoire. Cela aboutit donc à un réseau en grande partie factice d’un point de vue commercial.
La vente multiniveau, en revanche, est une activité économique reconnue par la loi. Le distributeur indépendant est au départ un consommateur satisfait du produit et qui choisit de le vendre. Cette fois, les gains ne sont plus le fruit des dépenses des adhérents mais évoluent en fonction des ventes réalisées. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), dans une note de 1995, édicte les conditions pour que la distribution soit licite. Elle prévoit notamment que celle-ci l’est dès lors qu’elle consiste en la vente régulière de produits aux consommateurs par création progressive d’un réseau réel de commercialisation. La différence tient donc notamment à l’efficacité du réseau de vendeurs.

La clé : la vente de produits
L’article L. 122-6 du code de la consommation interdit “le fait de proposer à une personne de collecter des adhésions ou de s’inscrire sur une liste en exigeant d’elle le versement d’une contrepartie quelconque et en lui faisant espérer des gains financiers résultant d’une progression du nombre de personnes recrutées ou inscrites plutôt que de la vente, de la fourniture ou de la consommation de biens ou services”. Mais aussi, “la vente pratiquée par le procédé dit ‘de la boule de neige’ ou tous autres procédés analogues consistant en particulier à offrir des marchandises au public en lui faisant espérer l’obtention de ces marchandises à titre gratuit ou contre remise d’une somme inférieure à leur valeur réelle et en subordonnant les ventes au placement de bons ou de tickets à des tiers ou à la collecte d’adhésions ou inscriptions”.

Reprise des invendus
Autre question qu’il importe de se poser avant de se lancer : l’entreprise impose-t-elle des achats répétitifs de matériels et services ou des participations à des formations et réunions payantes ? Toujours selon l’article L.122-6 : “Dans le cas de réseaux de vente constitués par recrutement en chaîne d’adhérents ou d’affiliés, il est interdit d’obtenir d’un adhérent ou affilié du réseau le versement d’une somme correspondant à un droit d’entrée ou à l’acquisition de matériels ou de services à vocation pédagogique, de formation, de démonstration ou de vente ou tout autre matériel ou service analogue, lorsque ce versement conduit à un paiement ou à l’attribution d’un avantage bénéficiant à un ou plusieurs adhérents ou affiliés du réseau.” Enfin, si l’entreprise vous demande de constituer un stock minimum au moment de l’adhésion et qu’elle ne garantit pas de reprendre les invendus aux conditions de l’achat, déduction faite éventuellement d’une somme n’excédant pas 10 % du prix, sachez que cela est interdit. Cette garantie de reprise peut toutefois être limitée à une période d’un an après l’achat.

gplus-profile-picture

Aline Gérard
Rédactrice en chef de Vente directe magazine


Sur le même thème


Vos réactions (4)

  1. Bandersnatch, le

    La vente multi-niveau est un système pyramidale déguisé avec un domaine de vente comme prétexte. Les nouveaux membres sont continuellement pousser à recruter d’autres nouvelles victimes afin de pouvoir rentrer dans leurs frais et faire vivre l’entreprise qui agit comme un parasite.

  2. david, le

    le RSI ou retraire obligatoire

    ce système n’est -il pas pyramidal ?

  3. Audrey, le

    Merci pour cet article, il est en effet impératif de bien différencier les systèmes de vente pyramidale du marketing de réseau. Ces arnaques nuisent à toutes les personnes qui pratiquent leur activité avec sérieux et passion. Lorsque je présente mon opportunité, il arrive souvent qu’on me réponde que mon activité est un système pyramidal. Pour lever facilement cette objection, j’ai mis au point un système de réponse en 3 temps qui me permet de garder le contrôle de l’entretien, il s’appuie notamment sur une bonne connaissance de ce qu’est un système pyramidal et les 4 différences fondamentales qui sont à prendre en compte. Je le partage sur mon blog : http://buildingabrandonline.com/lemlmlesautresetmoi/mlm-vs-vente-pyramidale/

    J’espère que ce système sera utile à d’autres VDI!

    Audrey

  4. François TELLIER-JAFFUEL, le

    La vente directe et le marketing multi-niveaux s’adressent à tous, sans aucune discrimination !
    Je pratique ce métier depuis 4 ans avec une compagnie membre de la FVD et en ces temps de « crise organisée », être son propre patron est la clé du succès !
    Le regard sur notre activité change année après année et aussi grâce à vous … alors merci pour cet article et bienvenue aux futurs partenaires !!!

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires